Bernard Delvaille 

 
   

Un jour bien plus tard lorsque vous vous souviendrez de moi
Et qu’il ne restera de moi dans votre cœur qu’un souvenir confus
Vous regarderez des photos et direz il m’a aimé pour quelques mois
Et aux pages jaunies d’un livre vous vous rappellerez qui je fus
 
Je serai dans un autre monde et vous serez jeune encore
Je ne serai plus pour vous qu’un visage entre d’autres ombres
Regretterez-vous alors ce rire amer et incolore
Que j’avais esquissé pour vous à l’heure où tout amour sombre
 
Nous nous aimâmes comme enfants perplexes et innocents
Comme deux marins perdus d’un blanc bateau après naufrage
Nous aurions pu échanger un soir le mystère de notre sang
Au cœur d’un pays de feu où pousse l’ortie sauvage
 
Souvenez-vous de ces quais d’une Rouen de vent humide
De ces quartiers exilés où vous marchiez à mon bras
Nous cherchions d’autres plaisirs au-delà des cafés vides
Puis sur votre sommeil d’enfant je dus rabattre les draps