Présentation

Principes, en vrac

Les anthologies de poésie débutent habituellement par des discours divers : essais de définition du genre, présentations historiques, réflexions sur le goût... Je ne me sens rien de nouveau à dire sur aucun de ces sujets. De plus, ce florilège fut construit pour mon propre plaisir. Il réunit mes poèmes préférés de la langue française et c’est tout !

Objet

Elle se limite à la poésie lyrique de langue française, depuis le moyen-français. Avant 1300, elle m'est trop difficile à comprendre sans traduction, lexique ou appareil de notes... Ce me sont des textes en langue étrangère au bout du compte : tels poèmes de Yeats ou d’Emily Dickinson me seraient tout aussi abordables, ainsi qu'à mes contemporains francophones.

Et elle va jusqu'à 1984. (Si j'ai mis ces limites précises, c'est que j'ai tenté d'explorer ce qui s'était écrit dans cette zone.)

Présentation du texte des poèmes

Pour les textes du Moyen-Âge et de la Renaissance se pose aux éditeurs le problème de moderniser ou non l’orthographe et la ponctuation.

Par chance (si on veut...) cette anthologie numérique n’est pas limitée en nombre de pages de texte. Elle présentera donc, pour les textes antérieurs à 1700, à la fois une version modernisée et une version originale... si j’ai réussi à y accéder. Le lecteur choisira¹.

La version modernisée est plus facile à lire pour le non-spécialiste. (Non seulement à lire, mais à prononcer correctement : même des francophones cultivés interprètent faussement l’orthographe du 16e siècle, parlant de « [frãswa] » alors que le mot qui s’écrivait « françois » s’entendait [frãswé], voire prononçant, dans des graphies comme « maistresse » ou « oster », leurs « s » déjà muets au XVIe siècle.)

Mais elle a le désavantage de faussement donner une image moderne d’un texte où de nombreux mots ont pu dévier de sens. La version d’époque, au contraire, transporte le lecteur dans le temps, et lorsque je l’ai pu, je l’ai tenue aussi proche que possible de la page imprimée d’origine (non différenciation des « u/v » et « i/j » par exemple.)


Pour ce qui est de la ponctuation, l’usage est de la normaliser selon les règles classiques. Pourtant la tendance moderne en poésie est plutôt à l’absence de toute ponctuation, comme au Moyen-Âge. J’ai donc essayé, même en modernisant, de respecter les anciens usages : deux-points, majuscules à certains noms communs, etc.

(En vérité, mon opinion à ce sujet ayant évolué au cours des années, tous les textes ne respectent pas les mêmes règles...)

Présentation de chaque auteur

Outre la liste des textes retenus, la page consacrée à chaque auteur présente une rapide notice biographique (les faits marquants de sa vie) et une liste d’éditions récentes où le lire.

La navigation hypertexte

« Les machines sont les seules femmes que les Américains savent rendre heureuses. » (Paul Morand)

Quelques précisions sur les différents modes de lectures de cette anthologie électronique :

Parcours des œuvres d’un même auteur

Dans une page-texte, en cliquant sur les guillemets autour du libellé  « Auteur » , on parcourt ses œuvres dans l’ordre de parution des recueils et de disposition à l’intérieur de chacun.

Parcours chronologique des poèmes

Une date a été affectée à chaque texte : soit son année de première publication, soit son année de composition, au mieux. Elle est indiquée dans le menu (en italique si c’est la date de composition). Les dates douteuses sont indiquées par un  ?  et les dates purement spéculatives par un  ± .

En cliquant sur les guillemets autour du libellé  « [date] »  on parcourt l’anthologie chronologiquement.

Une liste chronologique des poèmes est également disponible, utilisant cet ordonnancement.

Liste chronologique des auteurs (par ordre de naissance)

Cette page énumère les poètes, par année de naissance, en essayant de respecter l’échelle des temps, ce qui met en évidence des générations riches en « poètes », et des fossés entre ces générations. ( La liste alphabétique est également chronologique à sa manière : les auteurs récents étant décalés vers la droite. (D’autre part les auteurs importants y sont mis en relief : il s’agit d’une table tri-dimensionnelle !) )

Le menu  « Contemporains »  de chaque page-auteur correspond à cette liste.

Lecture aléatoire

Le lecteur de poésie aime souvent à ouvrir le livre au hasard, une possibilité que ne proposent pas de manière naturelle les sites web ni les e-book. Florilège fut, à ma connaissance, le premier sur Internet à proposer une fonction de ce genre.

Elle est disponible dans la plupart des pages du site (cliquer sur  Au hasard...  dans les pages texte, auteur...) ainsi que via option « Textes à lister / En désordre » de la page de recherche.

Lectures surprise

Découvrir un poème sans en connaître l’auteur peut permettre de faire d’heureuses découvertes, de revenir sur des préjugés... Plusieurs fonctionnalités de Florilège le permettent :

  • Le Bougeoir : dans une esthétique d’économiseur d’écran, il présente une suite aléatoire de textes qu’il déroule vers par vers, ne dévoilant l’auteur qu’au dixième vers environ ;
  • Le Quiz invite le lecteur à deviner l’auteur d’un passage quelconque d’un poème.

Une lecture que Florilège ne propose pas

Cette anthologie refuse la séparation des poètes en siècles, a fortiori leur regroupement en courants, écoles littéraires...

Recherche sur combinaison de critères

La page de recherche permet d’énumérer les textes répondant à un critères, ou une combinaison de critères, parmi lesquels :

  • mots ou expressions contenus dans le texte
  • date de composition
  • sexe de l’auteur
  • région géographique (approximative...)
  • forme
  • thème abordé (une classification douteuse et pas très à jour...)
  • une note de 6 à 10
  • une notion de célébrité : si le texte est « très connu » (souvent cité dans les recueils de morceaux choisis, etc.) ou « plutôt rare » au contraire.

Lexique

En outre cette même page de recherche permet d’afficher les lexiques des mots employés :

  • par ordre alphabétique.
  • par ordre de fréquence. Suggestion : utilisez le lien "···»" jusqu’à atteindre la page des mots employés par 10 textes environ.

(Ce lexique, créé informatiquement, sait regrouper singuliers et pluriels mais pas les formes verbales : cela pourrait bien sûr être amélioré...)

Remerciements

« La plupart des faiseurs de recueils de vers ou de bons mots ressemblent à ceux qui mangent des cerises ou des huîtres, choisissant d’abord les meilleures, et finissant par tout manger. » (Chamfort)

La lecture des autres anthologistes est pour beaucoup dans une récolte de poèmes. Je cite la plupart de celles que j’ai consultées, dans la bibliographie.

Merci aussi à Marta, dont l’œil, très critique, reste sur ceci !

Merci à nos clients des défuntes EMV.



   




 

© Christian Tanguy, 1995-2011