Chronologie des textes

Les poèmes sont classés à leur date de première publication, sauf si apparaît :
    un † à la suite du nom de leur auteur : à la date de son décès,
    un * après leur titre : à leur date de composition (ou de début de composition).

Ces données peuvent être approximatives (voire erronées...)

 

1370 Guillaume de MACHAUT
 — « Oncques mon coeur ne sentit... »
 — « Je maudis l'heure... »

1392 Othon III de GRANDSON
 — « S'il ne vous plaît que j'aille mieux... » *
 — « La grand beauté de vo viaire clair... » *

1394 Jean FROISSART
 — « On doit aimer et priser... »
 — « Mon coeur s'ébat... »
 — « On doit le temps... »

1400 Eustache DESCHAMPS
 — « Vous qui vivez... » *
 — « Or n'est-il fleur... » *

1430 Christine de PISAN †
 — Virelai : « Je chante par couverture »
 — « De triste coeur chanter joyeusement... »

1440 Charles d'ORLÉANS
 — « Dieu qu'il la fait bon regarder... » *
 — « Jeunes amoureux nouveaux... » *

1444 Charles d'ORLÉANS
 — « À ce jour de Saint Valentin que chacun doit... » *

1450 Charles d'ORLÉANS
 — « Dedans mon livre de pensée... » *

1451 Michault le Caron, dit TAILLEVENT †
 — Ballade : « Ô fols des fols... »
 — « Pauvre et vieil qui n'a patience... »

1452 Charles d'ORLÉANS
 — « Plus penser que dire... » *
 — « Quand n'ont assez fait dodo... » *
 — « Que nous en faisons... » *

1456 Charles d'ORLÉANS
 — « Fermez-lui l'huis au visage... » *

1457 Charles d'ORLÉANS
 — « Petit mercier, petit panier... » *

1458 François VILLON
 — Ballade des menus propos *

1461 François VILLON
 — « Je plains le temps de ma jeunesse... »
 — Ballade des dames du temps jadis
 — Ballade pour prier Notre-Dame
 — Ballade : « En réalgar, en arsenic rocher... »
 — « Item, j'ordonne à Sainte Avoie... »

1462 François VILLON
 — L'Épitaphe Villon *

1465 Pierre MICHAULT †
 — « Je suis la Mort de Nature ennemie... »

1475 (ANONYME)
 — « L'amour de moi... »

1484 Marcial d'AUVERGNE
 — La Danse macabré des femmes

1489 Jean MOLINET
 — Épitaphe de Simon Marmion, Peintre *

1491 Jean MESCHINOT †
 — « Ceux qui dussent parler sont muts... »

1498 Jean LEMAIRE DE BELGES
 — « Notre âge est bref... » *

1502 Octavien de SAINT-GELAIS †
 — « Ores connais mon premier temps perdu... »

1504 (ANONYME)
 — « Gentils galants de France... »

1512 Pierre GRINGORE
 — Cri

1524 Clément MAROT
 — « Puis que de vous je n'ai autre visage... » *

1530 Mellin de SAINT-GELAIS
 — « Si j'ai du bien, hélas, c'est par mensonge... » *
 — Chanson : « Quand une Dame a un mari... » *
 — D'un présent de Roses *
 — Folie *

1532 Clément MAROT
 — De sa grande amie
 — De l'amour du siècle antique
 — « D'amours me va tout au rebours... »

1537 Eustorg de BEAULIEU
 — De l'ombre de la treille
 — À la louange de la forêt

1544 Jean BONAVENTURE DES PERRIERS †
 — « Les aveugles et violeurs... »
Charles FONTAINE
 — Chant sur la naissance de Jean *
Clément MAROT †
 — Sur quelques mauvaises manières de parler
 — « Ne sais combien la haine est dure... »
 — « J'ai une lettre entre toutes élite... »
 — De soi-même
Maurice SCÈVE
 — « Celle beauté, qui embellit le Monde... »
 — « Tant je l'aimai... »
 — « L'ardent désir... »
 — « Le jour passé de ta douce... »
 — « Tu es, Miroir... »
 — « De toi la douce et fraîche... »

1545 Pernette DU GUILLET †
 — « La nuit était pour moi si très-obscure... »
 — « Sans connaissance aucune... »

1549 Joachim DU BELLAY
 — « Quand la fureur, qui bat les grands coupeaux... »
Marguerite de NAVARRE †
 — « J'aime une amie entièrement parfaite... »
Pontus de TYARD
 — « Je mesurais pas à pas, et la plaine... »
 — « Tu ne m'es pas de tes faveurs avare... »

1550 Pierre de RONSARD
 — « Fais rafraîchir mon vin de sorte... »
 — « Je suis homme, né pour mourir... »
(ANONYME)
 — « La Passion de Jésus-Christ... » *

1552 Joachim DU BELLAY
 — « Non autrement que la Prêtresse folle... »
Pierre de RONSARD
 — « Je voudrais bien richement jaunissant... »
 — « Voici le bois, que ma sainte Angelette... »

1554 Loys LE CARON
 — « Si enfanter une immortelle gloire... »

1555 Jean Antoine de BAÏF
 — « Afin que pour jamais... »
Louise LABÉ
 — « Baise m'encor, rebaise-moi et baise... »
 — « Ne reprenez, Dames, si j'ai aimé... »

1556 Pierre de RONSARD
 — « Le printemps n'a point tant de fleurs... »
 — « Hé que voulez-vous dire ?... »

1557 Olivier de MAGNY
 — « Assieds-toi là, Guyon, et me dis des nouvelles... »

1558 Joachim DU BELLAY
 — « Nouveau venu qui cherches Rome en Rome... »
 — « Comme le champ semé en verdure foisonne... »
 — « Je ne veux point fouiller au sein de la nature... »
 — « Las, où est maintenant ce mépris de Fortune... »
 — « France, mère des arts, des armes et des lois... »
 — « Cependant que Magny suit son grand Avanson... »
 — « Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage... »
 — « Je me ferai savant en la philosophie... »
 — « Tu ne me vois jamais, Pierre, que tu ne die... »
 — « Marcher d'un grave pas, et d'un grave sourcil... »
 — « Après s'être bâti sur les murs de Carthage... »

1559 Pierre de RONSARD
 — Sonnet à M. Forget

1561 Jacques GRÉVIN
 — « J'amasse quelquefois... » *

1562 Maurice SCÈVE
 — Au lecteur

1570 Jacques GRÉVIN †
 — « Arrivé dedans Rome... »

1571 Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ
 — « Auprès de ce beau teint, le lys en noir se change... »
Guy LE FÈVRE DE LA BODERIE
 — Aux naturalistes et mécréants

1572 Jean Antoine de BAÏF
 — Épitaphe *
Rémy BELLEAU
 — « Pendant que votre main docte, gentille et belle... »
 — « Tes mains m'ont fait et repétri de chair... »

1573 Philippe DESPORTES
 — « Vous n'aimez rien que vous... »
 — « Je regrette en pleurant les jours mal employés... »
Étienne JODELLE †
 — « J'aime le vert laurier, dont l'hiver ni la glace... »
 — « Comme un qui s'est perdu dans la forêt profonde... »
 — « Recherche qui voudra cet Amour qui domine... »

1574 Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ
 — « Quand Jodelle arriva soufflant encor sa peine... »
Adrian de GADOU
 — « Si vous voulez savoir le nombre de mes peines... »

1578 Clovis Hesteau de NUYSEMENT
 — « Ô Dieux que sens-je en moi, si je ne sens Amour... »
 — « Quand le grand oeil du Ciel tournoyant l'horizon... »
Pierre de RONSARD
 — « Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose... »
 — « Vous me dîtes, Maîtresse, étant à la fenêtre... »
 — « Comme une belle fleur assise entre les fleurs... »
 — « Afin qu'à tout jamais de siècle en siècle vive... »
 — « Quand vous serez bien vieille, au soir à la chandelle... »

1579 Madeleine DES ROCHES
 — « Pleurant amèrement mon douloureux servage... »
Catherine DES ROCHES
 — « Charite l'an se change et vous ne changez pas... »
 — « Allons mon pauvre coeur bien loin de la Cité... »

1581 Flaminio de BIRAGUE
 — « J'aime si hautement que je n'ose nommer... »
 — « Sus, gants, allez couvrir la main gentille et belle... »
 — « Ô puissance d'Amour ! deux beaux astres jumeaux... »

1583 Antoine de CHANDIEU
 — « Vous Fleuves et Ruisseaux, et vous claires Fontaines... »
 — « Arrête, attends, ô Mondain, où cours-tu ?... »

1589 Jean Antoine de BAÏF †
 — Psaume CXXI
Christofle de BEAUJEU
 — « L'âme qui en secret... »
 — « Le soir, au son bruyant... »
 — « Belle qui d'un regard... »

1590 Siméon-Guillaume de LA ROQUE
 — « Je suis le triste Oiseau de la nuit solitaire... »

1594 Jean-Baptiste CHASSIGNET
 — « Assieds-toi sur le bord d'une ondante rivière... »
 — « Mortel pense quel est dessous la couverture... »
 — « Est-il rien de plus vain qu'un songe mensonger... »
 — « À beaucoup de danger est sujette la fleur... »
 — « Quelquefois les chevaux vont caparaçonnés... »
 — « Quand le fruit est vieilli, la feuille ternissante... »
Jean GODARD
 — « À l'heure que Madame en homme se déguise... »
 — « Vous qui voulez savoir que c'est que de l'amour... »

1595 François de LOUVENCOURT
 — « C'est un valet de coeur (dit-elle en le baisant)... »
Jean de SPONDE †
 — « Je meurs, et les soucis qui sortent du martyre... »
 — « Mon Dieu, que je voudrais que ma main fût oisive... »

1596 Madeleine de L'AUBESPINE †
 — « Berger tant rempli de finesse... »

1599 Marc de PAPILLON DE LASPHRISE †
 — « Çà, je veux fourniller en ton joli fourneau... »
François SCALION DE VIRBLUNEAU
 — « Adriane, mon coeur, baise-moi, je te prie... »
 — « Étant au lit couché, au lieu de reposer... »
 — « De ta lèvre mignarde un fin sucre courant... »

1600 Jacques Davy DU PERRON
 — « Au bord tristement doux des eaux... »
Nicolas LE DIGNE
 — « Sous le calme repos d'un tranquille silence... »
Abraham de VERMEIL
 — « Je chante et pleure, et veux faire et défaire... »
 — Sonnet à Seine et à ses rivages
 — « Je m'embarque joyeux et ma voile pompeuse... »
(ANONYME)
 — « Le pauvre laboureur... » *

1601 André Mage de FIEFMELIN
 — « Ce Monde, comme on dit, est une cage à fous... »
 — « Mal n'atteint nul animal... »

1605 Gilles DURANT DE LA BERGERIE †
 — « Un soir, le long de l'eau, elle marchait pensive... »
 — « Je cheminai longtemps qu'il faisait nuit encore... »

1609 Jean de LINGENDES
 — Alcidon parle

1610 Pierre MATTHIEU
 — Quatrains

1611 Étienne DURAND
 — « Pourquoi pour mon malheur eus-je l'oeil si léger ?... »
 — « Je voudrais bien être vent quelquefois... »

1613 Jean de LA CEPPÈDE
 — « Il s'en allait prier quand la Parque complice... »
 — « Cette rouge sueur goutte à goutte roulante... »
 — « Des peureux oiselets la troupe gazouillarde... »
 — « Voici l'homme, ô mes yeux, quel objet déplorable... »
 — « À ce nouvel assaut de l'extrême douleur... »
 — « Le torrent orageux entraîne renversées... »

1621 Théophile de VIAU
 — « Le plus aimable jour qu'ait jamais eu le monde... »
 — « D'un sommeil plus tranquille à mes Amours rêvant... »

1623 Théophile de VIAU
 — « Je songeais que Phyllis des enfers revenue... »

1628 Pierre de MARBEUF
 — L'Innocence d'amour

1629 Marc-Antoine de SAINT-AMANT
 — « Entrer dans le bordel... »

1630 Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ †
 — « Combattu des vents et des flots... »
 — « Veux-tu savoir qui peut faire la vie heureuse... »
Marc-Antoine de SAINT-AMANT
 — Le Paresseux *

1632 Marc-Antoine de SAINT-AMANT
 — Sonnet sur des mots qui n'ont point de rime *

1633 François TRISTAN L'HERMITE
 — Pour une excellente beauté qui se mirait
 — Jalousie

1634 Isaac de BENSERADE
 — « Madame, je vous donne... »

1639 Vincent VOITURE
 — « Les demoiselles de ce temps... »
 — « Ma foi, c'est fait... »

1642 Marc-Antoine de SAINT-AMANT
 — La Débauche

1644 Vincent VOITURE
 — Stances : « Je pensais... » *

1646 Jean Ogier de GOMBAUD
 — « Allons parmi les fleurs... »
 — « Durant la belle nuit... »
 — « Cette source de mort... »

1647 Claude MALLEVILLE †
 — « Au mois de mai... »

1648 Vincent VOITURE †
 — Épitaphe : « Ci gît un petit garçonnet... »

1649 Georges de SCUDÉRY
 — La Nymphe endormie

1650 Charles de VION DALIBRAY †
 — « Songe, songe Mortel, que tu n'es rien que cendre... »

1654 Paul SCARRON
 — « Vous faites voir des os... » *

1656 Jean Regnault de SEGRAIS
 — Chanson : « Depuis qu'à Philiste... »

1666 Mathieu de MONTREUIL
 — Stances : « Nous aurons trop de temps pour amasser des fleurs... »
 — Madrigal : « La justesse de votre danse... »
 — Remontrance
 — Stances : « C'est un Amant, ouvrez la porte... »
 — Madrigal : « Enfin adorable Sylvie... »
 — « Chez vous je n'ai jamais été... »

1668 Jean de LA FONTAINE
 — Le Lion amoureux
 — Le Chien qui lâche sa proie pour l'ombre

1670 Jean DEHÉNAULT
 — La Mère à l'avorton

1677 Laurent DRELINCOURT
 — Sur les Vents
 — Sur les Pierres précieuses
 — Sur la résurrection - Espérance du mourant

1688 Antoinette DESHOULIÈRES
 — « Entre deux draps... »

1690 Bernard de LA MONNOYE
 — État de la vie de l'auteur en MDCXC *

1700 (ANONYME)
 — Aux marches du palais *

1739 Paul DESFORGES-MAILLARD
 — D'une fille qui mourut de regret de la mort d'un petit épagneul

1750 (ANONYME)
 — « Je suis l'amant malheureux en ce monde... » *

1759 Paul DESFORGES-MAILLARD
 — Épitaphe d'une dame de la cour

1775 Pierre-Joseph BERNARD †
 — « Quel est, ô dieux ! le pouvoir d'une amante !... »

1776 Gabriel-Charles de LATTAIGNANT
 — Adieux au monde *

1778 Évariste PARNY
 — Billet

1780 Antoine de BERTIN
 — La Veillée

1784 Évariste PARNY
 — Élégie : « Que le bonheur arrive lentement... »
 — Dialogue
 — Sur la mort d'une jeune fille

1785 Nicolas-Germain LÉONARD
 — Les Regrets

1787 Évariste PARNY
 — Chanson II : « Belle Nélahé... »

1792 Victoire BABOIS
 — Cinquième élégie *

1793 Nicolas BONNEVILLE
 — Le Corps et la Pensée

1794 André CHÉNIER †
 — Les Colombes

1813 Adélaïde DUFRÉNOY
 — Le Besoin d'aimer

1819 Alphonse de LAMARTINE
 — L'Isolement

1820 Alfred de VIGNY
 — La Neige *

1826 Alphonse de LAMARTINE
 — Pensée des morts *

1828 Aloysius BERTRAND
 — Jean des Tilles

1829 Alfred de MUSSET
 — L'Andalouse
 — Sonnet : « Que j'aime le premier frisson d'hiver... »
Charles SAINTE-BEUVE
 — « Je ne suis pas de ceux pour qui les causeries... »
 — « L'autre nuit, je veillais dans mon lit sans lumière... » *
 — En face de la pièce d'eau
Alfred de VIGNY
 — À Marie Dorval *

1830 Marceline DESBORDES-VALMORE
 — L'Amour
 — L'Étrangère
Alphonse de LAMARTINE
 — Pourquoi mon âme est-elle triste ?
Alfred de VIGNY
 — Les Amants de Montmorency *

1831 Gérard de NERVAL
 — Politique

1832 Petrus BOREL
 — Isolement
 — Heur et Malheur
Gérard de NERVAL
 — Fantaisie

1833 Auguste BARBIER
 — « Il est triste de voir partout l'oeuvre du mal... »
 — Michel-Ange
Aloysius BERTRAND
 — Les Cinq Doigts de la main

1835 Alfred de MUSSET
 — La Nuit de Décembre
 — Chanson de Barberine
Gérard de NERVAL
 — Dans les bois

1836 Alphonse de LAMARTINE
 — « Enfant, j'ai quelquefois passé des jours entiers... »

1837 Alfred de MUSSET
 — À Ninon

1840 Xavier FORNERET
 — Un rêve
Victor HUGO
 — Écrit sur le tombeau d'un petit enfant au bord de la mer
Alfred de MUSSET
 — Au lecteur des deux volumes de vers de l'auteur *

1841 Théodore de BANVILLE
 — « Bien souvent je revois... » *
Aloysius BERTRAND †
 — Madame de Montbazon
 — Le Cheval mort
Marceline DESBORDES-VALMORE
 — Ma chambre
Victor HUGO
 — Intérieur *

1842 Jules LEFÈVRE-DEUMIER
 — La Colombe poignardée
Alfred de MUSSET
 — Rondeau : « Fut-il jamais... » *
 — À Madame G. : « C'est mon avis... » *
 — À Madame G. : « Dans dix ans... » *

1843 Charles BAUDELAIRE
 — « La servante au grand coeur... » *
 — Le Vin de l'Assassin *
Alfred de MUSSET
 — À M. V.H. *
 — Sonnet à Mme M. N. *
Gérard de NERVAL
 — Delfica *

1844 Gérard de NERVAL
 — Le Christ aux oliviers

1846 Victor HUGO
 — À Villequier *

1847 Victor HUGO
 — « Demain, dès l'aube... » *

1849 Gérard de NERVAL
 — Chanson gothique

1851 Marceline DESBORDES-VALMORE
 — Le Nid solitaire
Joseph MÉRY
 — Le Ballet des heures
Alfred de MUSSET
 — Sonnet : « Se voir... »

1852 Théophile GAUTIER
 — Préface

1853 Victor HUGO
 — Ultima verba
Gérard de NERVAL
 — El Desdichado

1854 Jules LEFÈVRE-DEUMIER
 — Le Navire gelé
Gérard de NERVAL
 — Myrtho
 — Artémis

1855 Théodore de BANVILLE
 — À Adolphe Gaïffe *
Charles BAUDELAIRE
 — Remords posthume
 — L'Invitation au Voyage
Victor HUGO
 — En marchant la nuit dans un bois *

1857 Charles BAUDELAIRE
 — Le Serpent qui danse
 — « Je te donne ces vers... »
 — Causerie
 — Spleen : « J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans... »
 — Spleen : « Je suis comme le roi d'un pays pluvieux... »
 — La Mort des Amants
Théophile GAUTIER
 — L'Art
Victor HUGO
 — Après justice faite *

1858 Victor HUGO
 — Le Crapaud *

1859 Charles BAUDELAIRE
 — Chant d'Automne
 — Le Voyage
Marceline DESBORDES-VALMORE †
 — Trop tard
Victor HUGO
 — Booz endormi
 — « Quand les guignes furent mangées... » *
 — Choses du Soir *

1860 Albert GLATIGNY
 — Pantoum

1861 Charles BAUDELAIRE
 — Recueillement
Théophile GAUTIER
 — Carmen

1863 Charles BAUDELAIRE
 — L'Examen de Minuit

1864 Charles BAUDELAIRE
 — Bien loin d'ici
 — Un cheval de race
Albert GLATIGNY
 — À Miss Mary

1865 Victor HUGO
 — Chelles
Armand SULLY PRUDHOMME
 — Le Vase brisé
Paul VERLAINE
 — Nevermore

1866 Stéphane MALLARMÉ
 — Brise marine
Paul VERLAINE
 — Voeu
 — Mon rêve familier
 — L'Angoisse
 — Grotesques
 — Soleils couchants
 — Chanson d'automne
Auguste de VILLIERS DE L'ISLE-ADAM
 — Au bord de la mer

1867 Stéphane MALLARMÉ
 — Frisson d'hiver

1868 François COPPÉE
 — « À Paris, en été... »
 — « Je suis un pâle enfant du vieux Paris... »
Isidore Ducasse, comte de LAUTRÉAMONT
 — Chant premier, 5 : « J'ai vu, pendant toute ma vie... » *
 — Chant premier, 7 : « J'ai fait un pacte avec la prostitution... » *
Louisa SIEFERT
 — Amour
 — Crépuscule
Paul VERLAINE
 — Les Ingénus *
 — Colloque sentimental *

1869 José María de HEREDIA
 — Les Conquérants
Isidore Ducasse, comte de LAUTRÉAMONT
 — Chant IV, 4 : « Je suis sale... »
Stéphane MALLARMÉ
 — Hérodiade
Paul VERLAINE
 — Les Indolents
 — Sur le Calvaire *

1870 Albert GLATIGNY
 — Valets
Arthur RIMBAUD
 — Ophélie *
 — Bal des pendus *
 — Le Dormeur du val *
 — Au Cabaret-Vert *
Paul VERLAINE
 — « La lune blanche... »

1871 François COPPÉE
 — « Un rêve de bonheur... »
 — « De la rue on entend... »
 — « Je rêve, tant Paris... »
Arthur RIMBAUD
 — Voyelles *

1872 Théophile GAUTIER †
 — La Mansarde
 — La Bonne Soirée
Victor HUGO
 — 1er Janvier
Germain NOUVEAU
 — Sonnet d'été
Arthur RIMBAUD
 — « Qu'est-ce pour nous, mon coeur... » *
 — Comédie de la soif *
 — Honte *
Paul VERLAINE
 — « Il pleure dans mon coeur... » *
 — « Ô triste, triste était mon âme... » *
 — « Dans l'interminable... » *
 — Walcourt *

1873 Tristan CORBIÈRE
 — Ça ?
 — Bonsoir
 — Paria
 — Le Mousse
 — Petit mort pour rire
Charles CROS
 — Plainte
 — Mémento
 — Délabrement
 — Vocation
Arthur RIMBAUD
 — Faim
 — Enfance *
 — Dévotion *
Paul VERLAINE
 — « L'espoir luit comme... » *
 — « Le ciel est, par-dessus... » *
 — « Je ne sais pourquoi... » *
 — Kaléidoscope *
 — Sonnet boiteux *
 — Impression fausse *

1874 Paul VERLAINE
 — Le Poète et la Muse *

1875 Tristan CORBIÈRE †
 — Sous un portrait de Corbière...
Armand SULLY PRUDHOMME
 — Voeu
Paul VERLAINE
 — « Beauté des femmes... » *

1876 Germain NOUVEAU
 — « Cheminant Rue aux Ours... »
Jean RICHEPIN
 — Oiseaux de passage
 — Ballade du rôdeur des champs
 — Sonnet morne

1877 Eudore ÉVANTUREL
 — « Les chevaux au grand trot... »
Victor HUGO
 — « Jeanne était au pain sec... »
Germain NOUVEAU
 — « Que triste tombe un soir de novembre... » *
Maurice ROLLINAT
 — La Vache

1878 Eudore ÉVANTUREL
 — Souvenir

1880 Germain NOUVEAU
 — Les Mains *

1881 Jules LAFORGUE
 — Dans la rue *
 — Incurablement *
 — Pâle soleil d'hiver *
 — Veillée d'hiver *
 — « Pauvre petit coeur sur la main... » *

1883 Maurice ROLLINAT
 — La Petite Souris
 — Villanelle du ver de terre
 — La Pluie
 — La Folie
 — Rondeau du guillotiné
Paul VERLAINE
 — Langueur

1884 Émile GOUDEAU
 — Aller et retour
Germain NOUVEAU
 — Musulmanes *

1885 Victor HUGO †
 — « Passereaux et rouges-gorges... »
Jules LAFORGUE
 — Complainte du fœtus de poète
 — Complainte de l'oubli des morts
 — Complainte sur certains ennuis
Stéphane MALLARMÉ
 — « Le vierge, le vivace... »

1886 Charles CROS
 — Déserteuses
 — Phantasma
 — En cour d'assises
 — Liberté
 — Sonnet : « Je sais faire des vers... »
 — Insoumission
 — Sonnet : « Moi, je vis la vie à côté... »
Stéphane MALLARMÉ
 — L'Ecclésiastique
Germain NOUVEAU
 — Idiot
Raoul PONCHON
 — La Cage
Georges RODENBACH
 — Dimanches
Maurice ROLLINAT
 — L'Imperdable

1887 José María de HEREDIA
 — Le Huchier de Nazareth
Jules LAFORGUE †
 — Dimanches : « Oh ! ce piano... »
 — Avant-dernier mot
 — Dimanches : « Le ciel pleut sans but... »
 — Albums
Stéphane MALLARMÉ
 — « Ô si chère de loin... »
 — « Ses purs ongles... »

1888 Charles CROS †
 — Sonnet : « Vent d'été... »
 — « Je suis un homme mort... »
 — Banalité
 — « Un immense désespoir... »
Maurice MAETERLINCK
 — Hôpital *
Émile VERHAEREN
 — Les Malades
 — Londres
Paul VERLAINE
 — « Âme, te souvient-il, au fond du paradis... »

1889 Georges FOUREST
 — Pseudo-sonnet plus spécialement truculent et allégorique
Paul-Jean TOULET
 — Souffrance
 — « J'ai trouvé mon Béarn le même... » *

1890 Marie KRYSINSKA
 — Nature morte
Émile TARDIEU
 — J'ai trop pensé

1891 Eudore ÉVANTUREL
 — Nostalgie
André GIDE
 — « Une lampe neuve remplace la vide... »
Raoul PONCHON
 — Où sont-ils

1892 Max ELSKAMP
 — « J'ai triste d'une ville en bois... »
Georges FOUREST
 — Sardines à l'huile
 — Épître falote et testamentaire...
Stéphane MALLARMÉ
 — Feuillet d'album

1893 Henry BATAILLE
 — Confidence : « Je t'ai rêvée en la naïveté... » *
Francis JAMMES
 — Le pauvre pion
 — La jeune fille...
 — Il va neiger...
Stéphane MALLARMÉ
 — Remémoration d'amis belges
SAINT-POL-ROUX
 — La Religion du tournesol

1894 FRANC-NOHAIN
 — Cantilène des trains qu'on manque
Francis JAMMES
 — J'aime l'âne...
Alfred JARRY
 — Végétal

1895 Max ELSKAMP
 — « Un pauvre homme est entré chez moi... »
Ernest d'HERVILLY
 — Zèbre
Francis JAMMES
 — Quand verrai-je les îles... *
Pierre LOUŸS
 — La Pluie
 — Tombeau d'une jeune courtisane
Stéphane MALLARMÉ
 — « Toute l'âme résumée... »

1896 Paul CLAUDEL
 — Le Porc *

1897 Paul FORT
 — L'Amour marin
Alfred JARRY
 — « Je ne sais pas... »
Stéphane MALLARMÉ
 — Tombeau
Jehan RICTUS
 — Déception
 — Farandole des pauv's 'tits fan-fans morts
SAINT-POL-ROUX
 — Populaire et symbolique histoire de la Vache enragée *

1898 Max ELSKAMP
 — Et c'est Lui, comme un matelot
 — Et connais-tu Marco la belle ?
FRANC-NOHAIN
 — Sonnet de l'inutile impertinence
Georges RODENBACH †
 — « C'est là qu'il faut aller quand on se sent dépris... »
SAINT-POL-ROUX
 — Roscanvel *
Paul-Jean TOULET
 — « Mon âme paisible était pareille autrefois... »

1899 Émile NELLIGAN
 — Ruines *
 — Les Angéliques *
 — Le Jardin d'antan *
 — Mon âme *
Jehan RICTUS
 — Crève-Coeur
Francis VIELÉ-GRIFFIN
 — « J'ai couru d'abord ; j'étais jeune... »

1900 Francis JAMMES
 — Regarde la bonne chienne *
Henri de RÉGNIER
 — Le Maraudeur
Albert SAMAIN †
 — « Mon enfance captive a vécu dans des pierres... »

1901 Jean-Marie DÉGUIGNET
 — « C'est à vous, mes écrits, qu'aujourd'hui je m'adresse... »
Jean DOMINIQUE
 — Le Pauvre Blaise
Henry LEVEY
 — Afrique Occidentale
Jean MORÉAS
 — « Quand reviendra l'automne... »

1902 Guillaume APOLLINAIRE
 — La Synagogue *
Jean DOMINIQUE
 — Chanson : « Le bateau sentait le thé... » *
Henry LEVEY
 — République Argentine - La Plata
 — Égypte - Port-Saïd - En Rade
 — Côte d'Azur - Nice
Émile VERHAEREN
 — Un matin

1903 Paul CLAUDEL
 — Le Riz *
Paul-Louis COUCHOUD
 — Haï-kaïs *
Alfred JARRY
 — Le Bain du roi
Jehan RICTUS
 — Nocturne
Renée VIVIEN
 — Les Solitaires

1904 Charles VAN LERBERGHE
 — « Ma soeur la Pluie... »
Renée VIVIEN
 — Les Mangeurs d'herbe
 — Pour Une

1905 Gaston COUTÉ
 — Le Gâs qu'a mal tourné *
 — Idylle des grands gâs comme il faut et des jeunesses convenables *
 — L'École *
 — Nos vingt ans *
Lucie DELARUE-MARDRUS
 — Refus

1906 Oscar V. de L. MILOSZ
 — Tous les Morts sont ivres...
 — Grincement doux...
 — Et surtout que...
Renée VIVIEN
 — Le Pilori

1907 Jean COCTEAU
 — Conte simple *
Alfred JARRY †
 — Le Homard et la boîte de corned-beef que portait le docteur Faustroll en sautoir
Anna de NOAILLES
 — Offrande

1908 Valery LARBAUD
 — Scheveningue morte saison
 — Carpe diem...
 — Images
Paul-Jean TOULET
 — « Toute allégresse a son défaut... »

1909 Georges FOUREST
 — Le Cid

1910 Paul-Jean TOULET
 — « Vous qui retournez du Cathai... »
 — « Douce plage où naquit mon âme... »

1911 Guillaume APOLLINAIRE
 — Le Bestiaire (Extraits)
 — À la Santé *
François MAURIAC
 — C'est l'époque...
Germain NOUVEAU
 — « Sans amis, sans parents, sans emploi, sans fortune... » *
Paul-Jean TOULET
 — « Dans le lit vaste et dévasté... »
 — « La vie est plus vaine une image... »
 — Coples (choix I)

1912 Alphonse BEAUREGARD
 — Marine
Francis CARCO
 — Complainte
Marie NOËL
 — Vision
Jean PELLERIN
 — « Nous n'entendrons plus ta chanson... »
Victor SEGALEN
 — Départ
 — Éloge du jade
 — Stèle des pleurs
 — Éloge et pouvoir de l'absence
 — Nom caché
Paul-Jean TOULET
 — « Dans le silencieux automne... »

1913 Guillaume APOLLINAIRE
 — Le Pont Mirabeau
 — Annie
 — La Porte
 — Cors de chasse
Blaise CENDRARS
 — Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France
 — Journal *
Tristan KLINGSOR
 — Nocturne familier
Charles PÉGUY
 — Présentation de Paris à Notre-Dame
Paul-Jean TOULET
 — « L'immortelle et l'oeillet de mer... »
 — En Arles
 — « Non, ce taxi, quelle charrette... »
 — « Puisque tes jours ne t'ont laissé... »

1914 Luc DURTAIN
 — Spitzberg
 — « Debout à l'avant qui tranche... »
Jean de LA VILLE DE MIRMONT †
 — « Par un soir de brouillard, en un faubourg du nord... »
Charles-Ferdinand RAMUZ
 — Chanson devant la guérite
Erik SATIE
 — La Pêche
Paul-Jean TOULET
 — « J'ai vu le Diable... »
 — « Vous souvient-il de l'auberge... »

1915 Oscar V. de L. MILOSZ
 — Symphonie de novembre
Pierre REVERDY
 — La Saveur du réel
Jehan RICTUS
 — Les Gonzesses à lorgnons *
Erik SATIE
 — Aubade

1916 Pierre REVERDY
 — « En ce temps-là... »

1917 Jean COCTEAU
 — Batterie *
Paul FORT
 — Le Vieux Mendiant
Max JACOB
 — Silence dans la nature
 — Fable sans moralité
 — Le Centaure

1918 Guillaume APOLLINAIRE †
 — Les Saisons
 — La Colombe poignardée et le Jet d'eau
Oscar V. de L. MILOSZ
 — Les Terrains vagues

1919 Luc DURTAIN
 — Un port
André SPIRE
 — Retour
Paul-Jean TOULET
 — « C'était sur un chemin crayeux... »
 — « En l'an 801 de Rome... »

1920 Anna de NOAILLES
 — Deux Êtres luttent...
Marie NOËL
 — Ronde : « Mon père me veut marier... »
 — Chanson : « Quand il est entré dans mon logis clos... »
Paul-Jean TOULET †
 — Coples (choix II)
 — « Ce n'est pas drôle de mourir... »

1921 Alphonse BEAUREGARD
 — Synthèse
 — Impuissance
 — Le Val
Max JACOB
 — Mille regrets
Tristan KLINGSOR
 — Pendant la pluie
 — La Fleur sèche

1922 Jean COCTEAU
 — Gabriel au village
Tristan DERÈME
 — « Puisque je suis assis sous ce pin vert et sombre... »
 — « Chambre d'hôtel morose et vide. Un oeillet penche... »
Paul VALÉRY
 — Le Vin perdu
 — Intérieur
 — Palme

1924 Pierre ALBERT-BIROT
 — Chronique : chez Paul Guillaume
Max ELSKAMP
 — Désir
Pierre MAC ORLAN
 — « Comme j'étais mal... »
Marcel THIRY
 — « Toi qui pâlis au nom de Vancouver... »
 — « Pour être encor sur ce transport... »

1925 Max ELSKAMP
 — Huit chansons reverdies dont quatre pleurent et quatre rient
Pierre LOUŸS †
 — Gibier divin
Marcel THIRY
 — « Avoir connu San Francisco »

1926 Pierre MAC ORLAN
 — « Un rat est venu dans ma chambre... »
Rainer Maria RILKE †
 — « Rose, toute ardente et pourtant claire... »

1927 Paul CLAUDEL
 — « Entre ce qui commence... »
Robert DESNOS
 — Avec le coeur du chêne *
Paul MORAND
 — Southern Pacific
Pierre REVERDY
 — Un homme fini

1928 Benjamin PÉRET
 — S'essouffler
 — Les Jeunes Filles torturées
 — Sombres vaches

1929 Paul ÉLUARD
 — « Je te l'ai dit... »
Henri MICHAUX
 — Je suis né troué
Géo NORGE
 — « À la lisière du néant... »

1930 Robert DESNOS
 — Sur la route *
 — Dans un petit bateau *
Léon-Paul FARGUE
 — Trouvé dans des papiers de famille
Max JACOB
 — Le Phare d'Eckmühl
 — Le Déserteur déguisé

1931 Pierre de MASSOT
 — Le Déserteur *

1932 Henri MICHAUX
 — Ma vie *

1933 Jean COCTEAU
 — « Un menteur ne sait plus ce qu'il a dit la veille... » *
Robert DESNOS
 — Ô jeunesse *
Jean FOLLAIN
 — L'uniforme blanc *

1934 Louis ARAGON
 — 1932
Jean COCTEAU
 — « Tu ne laisserais pas faire le moindre mal... » *
Robert DESNOS
 — Les quatre sans cou
Jules SUPERVIELLE
 — Les Chevaux du Temps

1935 Francis PONGE
 — Le Cageot

1936 Francis CARCO
 — Il pleut
Robert DESNOS
 — Les Hommes sur la terre
Francis PONGE
 — Les Mûres
Jacques PRÉVERT
 — L'Enfance *
Jean-Joseph RABEARIVELO
 — « Ce qui se passe sous la terre... »
 — « Que de fois relayés... »

1937 Léon-Gontran DAMAS
 — Il est des nuits
 — Pareille à ma légende
 — Regard
Paul ÉLUARD
 — Quelques-uns des mots qui, jusqu'ici, m'étaient mystérieusement interdits

1941 Jean FOLLAIN
 — Quincaillerie *

1942 Jean FOLLAIN
 — « Cultivateurs et petits fonctionnaires des campagnes... »
 — « Les grandes architectures de la nuit tombante... »
Jean GENET
 — « Sur mon cou sans armure et sans haine, mon cou... »
Armand ROBIN
 — « Toute douceur de langage... »
 — Le Communiste
 — « Par la très pure lune aux nues mêlée... »
 — « Je vous parle d'un buisson très éloigné... »
 — « Ô miens si obscurs... »
 — « Les fontaines, les plantes, les incertaines lunes... »

1943 Jean FOLLAIN
 — Signes pour les voyageurs

1944 Edmond-Henri CRISINEL
 — « À la fenêtre, je sais qu'il y a des roses... »
Robert DESNOS
 — Le Réveil
 — L'Épitaphe

1945 Jacques PRÉVERT
 — Le concert n'a pas été réussi
Raymond QUENEAU
 — Grenouilles *

1946 Antonin ARTAUD
 — Les Malades et les médecins *
René-Guy CADOU
 — L'étrange douceur
Raymond QUENEAU
 — Complainte

1947 Jean FOLLAIN
 — Le pain
 — L'Asie
André FRÉDÉRIQUE
 — La Légende des siècles
Gilbert LELY
 — Avant-dire
Charles TRENET
 — Retour à Paris

1948 Gérald NEVEU
 — « Je ne meurs pas pour une noble cause... »

1949 Gérald NEVEU
 — La Rose des vents
Géo NORGE
 — Une chanson
Boris VIAN
 — Les Araignées

1951 Bernard DELVAILLE
 — Cour Saint-François
Paul ÉLUARD
 — Bonne justice
Jacques PRÉVERT
 — En été comme en hiver
 — Vainement

1952 Jean FOLLAIN
 — « Une renoncule âcre... »
Jean SÉNAC
 — L'Homme ouvert *
Armen TARPINIAN
 — La Poule *

1953 Maurice FOMBEURE
 — Les écoliers

1954 Lucien BECKER
 — « Le soleil avant de se coucher dans les carreaux... »
Jean COCTEAU
 — Vieux monde... *
Géo NORGE
 — Zoziaux
 — En forêt
Boris VIAN
 — Le Politique *
Louise de VILMORIN
 — « J'ai assez aidé et fêté... »
 — « Elle sort là-bas des menthes... »
 — « Rue... »

1955 Gérard PRÉVOT
 — « Je suis un étranger... »

1956 Louis ARAGON
 — Les mots m'ont pris par la main

1957 Malcolm de CHAZAL
 — (extraits de Sens magique)

1958 Jacques DUPIN
 — Le Réel
 — Forêt seconde
Philippe JACCOTTET
 — Le Locataire
Armand ROBIN
 — « Je suis sorti à cinq heures du matin... »
 — Blanche Blanchette *

1959 Gaston MIRON
 — La braise et l'humus

1960 Jean-Roger CAUSSIMON
 — Comme à Ostende
Gérald NEVEU †
 — Raison sociale

1961 Alain BORNE
 — « Il y a des poèmes... »
Bernard DIMEY
 — Le Bestiaire de Paris (extraits) *
Marie NOËL
 — Retraite
 — La Morte et ses mains tristes

1962 Georges BRASSENS
 — Les Amours d'Antan
Géo NORGE
 — Les Petits Roux
 — Elsa la mouche
Georges PERROS
 — « Comment sont les autres... »

1963 Jacques DUPIN
 — Grand vent
 — L'Égyptienne
Maurice ROCHE
 — « Tu perdras le sommeil au fur que tu perdras la vue... »

1964 Yves MARTIN
 — « Une ville maritime aux trains bleus et blancs... » *

1965 Rachid BOUDJEDRA
 — La Mariée
Jacques BREL
 — Ces gens-là

1966 Pierre ALBERT-BIROT
 — « Pierre est hache... »
Léon-Gontran DAMAS
 — Il n'est point de désespoir
 — Nul ne se rappelle avoir vu
Gaston MIRON
 — Monologues de l'aliénation délirante
Aldo PALAZZESCHI
 — La Tapette
 — La Dame du café
Franck VENAILLE
 — « Celui-ci sur la plage... »

1967 Bernard DELVAILLE
 — « Un jour bien plus tard... »
Claude NOUGARO
 — Toulouse
Raymond QUENEAU
 — Rue Paul Verlaine

1968 Malcolm de CHAZAL
 — Poèmes (choix)
Raymond QUENEAU
 — Le Voyageur

1969 Yves MARTIN
 — Au Harry's

1970 Jacques BERTIN
 — Je voudrais une fête étrange et très calme
Paol KEINEG
 — « Je n'irai pas aujourd'hui... »
Jean SÉNAC
 — Ordres II

1971 Pierre ANDREU
 — Poème pour les noces d'or de Lucien et Joséphine *
 — À l'hôpital *
René CHAR
 — Faction du muet

1973 William CLIFF
 — Attendre
 — Encore attendre
Raymond QUENEAU
 — El Desdonado
Andrée SODENKAMP
 — Margareta Matiena de Bohême

1974 Jacques BERTIN
 — J'ai peu de choses à dire
Georges L. GODEAU
 — Un arbre
 — La Meilleure Secrétaire
Gervais JASSAUD
 — Ça sentirait bon les rhododendrons et les jeunes filles d'Honfleur
Jean-Pierre VERHEGGEN
 — Mélange

1975 Jacques BERTIN
 — Paroisse

1976 Malcolm de CHAZAL
 — La Bouche ne s'endort jamais (choix)

1978 William CLIFF
 — Michael from Seattle
Yves MARTIN
 — « Avec l'âge, je deviens méchant... »
 — « Je ne sais plus quoi dire... »
Alain SOUCHON
 — Lulu
Jean-Pierre VERHEGGEN
 — Donne une baise à Monsieur le Poète

1979 Yves MARTIN
 — « Tous les jours, à heure fixe... »

1980 Alain BOSQUET
 — Le poète comme meuble
Paul de ROUX
 — L'Excursion
 — Brocante

1982 Bernard DELVAILLE
 — Sonnet : « Avec ta cravate achetée dans Burlington Arcade... »

1984 Dick ANNEGARN
 — Chanson du vieux chanteur
Paol KEINEG
 — Autres bêtises (choix)
Gérard LE GOUIC
 — « Nous, les Bretons de l'hiver... »
Paul de ROUX
 — Une brique
 — De retour
 — Dans l'herbe

www.florilege.free.fr

© ChristianTanguy, 1995-2012