Flaminio de Birague 

 
   

Sus, gants, allez couvrir la main gentille et belle
De celle-là qui est cause de ma douleur,
Défendez-la du vent, du froid, de la chaleur,
Et que tout votre mieux soit employé pour elle.
 
Vrai est que je voudrais pour une Nymphe telle
Une peau plus subtile et de rare valeur,
Car bien que votre peau soit une peau de fleur,
Elle n’est pas pourtant digne de ma rebelle.
 
Mais si vous pouvez être, ô gants, tant honorés
Qu’elle vous touche un coup, tout soudain vous ferez
De votre heur sans pareil à Jupiter envie,
 
Qui voudra de nouveau se métamorphoser
En votre heureuse peau, pour toucher et baiser
Ses ivoirines mains meurtrières de ma vie.

 

   

Sus, gans, allez couvrir la main gentille et belle
De celle-là qui est cause de ma douleur,
Defendez-la du vent, du froid, de la chaleur,
Et que tout vostre mieux soit employé pour elle.
 
Vray est que je voudrois pour une Nymphe telle
Une peau plus subtile et de rare valeur :
Car bien que vostre peau soit une peau de fleur,
Elle n’est pas pourtant digne de ma rebelle.
 
Mais si vous pouvez estre (ô gans) tant honorez
Qu’elle vous touche un coup, tout soudain vous ferez
De vostre heur sans pareil à Juppiter envie,
 
Qui voudra de nouveau se metamorphoser
En vostre heureuse peau, pour toucher et baiser
Ses yvoirines mains meurtrieres de ma vie.